Réussir lait 06 juin 2016 à 08h00 | Par La rédaction

Valoriser le bois breton dans les bâtiments agricoles

Depuis 2012, le comité régional bâtiment du GIE élevages de Bretagne conduit des actions pour développer l'utilisation du bois régional dans la construction des bâtiments agricoles.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La charpente du Gaec Bouquidy a été réalisée en chêne et épicéa Sitka. Un guide Bois d'ici, réalisé par Abibois, recense les essences locales utilisables et les produits des scieries bretonnes.
La charpente du Gaec Bouquidy a été réalisée en chêne et épicéa Sitka. Un guide Bois d'ici, réalisé par Abibois, recense les essences locales utilisables et les produits des scieries bretonnes. - © V. Bargain

En Bretagne, 86 % des bâtiments bovins ont une charpente bois, ce qui représente 30 000 m3/an, souligne Jacques Charlery, animateur du comité régional bâtiment du GIE élevages de Bretagne. Mais seulement 4 % est du bois régional, l'essentiel du bois utilisé en charpente étant importé des pays du Nord. » Depuis 2012, dans un but de développement durable, des actions ont donc été engagées pour favoriser l'utilisation du bois local par le comité régional bâtiment, avec l'appui des chambres d'agriculture de Bretagne et le soutien financier de l'État, de la région Bretagne et de l'Ademe. Un état des lieux réalisé avec Abibois, l'interprofession de la filière bois en Bretagne, et le Critt Bois (88) a montré le fort potentiel de développement de l'utilisation de la ressource régionale. Pour montrer à tous les acteurs que l'utilisation du bois local en construction est possible, le comité régional bâtiment a donc accompagné la construction de deux bâtiments d'élevage, l'un en Ille-et-Vilaine, au Gaec Bouquidy (Iffendic); l'autre dans le Finistère, sur le nouveau site bio de la station expérimentale de Trévarez. Un travail a été réalisé avec les charpentiers et scieurs bretons pour leur montrer les possibilités offertes par la ressource locale et organiser de nouvelles façons de travailler. « Le principal point à travailler est la relation avec les charpentiers et scieurs, estime Jacques Charlery. Les charpentiers sont habitués à travailler avec des négociants qui leur fournissent le bois dont ils ont besoin en quantité, qualité, délais... Pour travailler du bois local, ils doivent se mettre en relation avec les scieurs et voir avec eux quelles essences sont utilisables et disponibles, préciser les besoins et organiser l'approvisionnement. »

Du bois disponible en quantité et qualité

Au Gaec Bouquidy, le bois a été fourni par la scierie Grouazel (35) pour les poteaux et par la scierie Le Duff (29) pour le reste de la charpente et le bardage. Les poteaux ont été fabriqués en chêne du Grand Ouest, le reste en épicéa Sitka du centre Bretagne. Des pièces en contre-plaqué ont été conservées là où elles étaient indispensables. La charpente a été réalisée par la SARL Arcanne (22). « Nous avons été agréablement surpris par la solidité de l'épicéa Sitka que nous pensions trop tendre pour faire de la charpente », souligne Thomas Cunégonde, d'Arcanne.
À Trévarez, le bois utilisé a été prélevé sur l'exploitation, du sapin pectiné pour la charpente et du thuya pour le bardage, avec dans ce cas une étape supplémentaire d'évaluation de la ressource et d'organisation de sa transformation. « La forêt bretonne a toutes les ressources nécessaires pour fournir du bois de construction en quantité et qualité, assure Audrey Borgeais, d'Abibois. Les principales essences sont du chêne et du châtaigner, utilisables pour les poteaux, et du pin maritime, du Douglas et de l'épicéa Sitka pour le reste de la charpente et le bardage. Les scieries bretonnes se sont équipées pour classer les bois et s'assurer de leurs qualités constructives. Enfin, les résineux disponibles en Bretagne sont également utilisables pour la réalisation de poutres en lamellé-collé. »

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Lait se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Etes-vous prêt à installer des logettes creuses pour les vaches ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui