Réussir lait 09 février 2017 à 08h00 | Par Annick Conté

Un plan de réduction de cheptel annoncé aux Pays-Bas

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Depuis 2015, les Pays-Bas dépassent le plafond européen de 172,9 millions de kg de phosphate qui leur est imparti.
Depuis 2015, les Pays-Bas dépassent le plafond européen de 172,9 millions de kg de phosphate qui leur est imparti. - © J.-P. Gabut - archives

Les Pays-Bas n'ont pas le choix. Depuis deux ans, ils dépassent le plafond européen de 172,9 millions de kg de phosphate qui leur est imparti. S'ils veulent conserver leur dérogation à la dérive nitrates, ils doivent rentrer dans les clous d'ici le 1er janvier 2018. Cela veut dire réduire leurs rejets de phosphate de 8,2 millions de kg (en théorie les rejets de 120 000 - 170 000 vaches). Un premier plan a été recalé par l'Union européenne l'automne dernier. La réaction n'a pas tardé : toute la filière (producteurs, transformateurs, pouvoirs publics, banques... (1)) vient de signer un accord visant à ramener les rejets en dessous du plafond en 2017. Il repose sur trois types de mesures :

- une réduction du taux de phosphore dans les aliments composés en lien avec l'industrie d'aliment du bétail.

- une prime à la vache pour les éleveurs réformant la totalité de leurs vaches. Cette prime variera en fonction de la date d'arrêt de production. Les éleveurs recevront également une avance dans le cadre d'une mesure d'aide à la cessation d'activité.

- une baisse du prix du lait, via les entreprises laitières, pour toute livraison de lait excédentaire.

50 millions d'euros pour réduire le cheptel laitier

Les pouvoirs publics mettent 30 MEUR sur la table dont 25 MEUR pour l'élevage laitier. Le secteur laitier a décidé de doubler ce montant. Les banques se sont déclarées garantes de l'avance à la cessation d'activité. La première phase du paquet de mesures devait démarrer dès le 1er janvier 2017.

Fin décembre 2016, les Pays-Bas n'annoncaient aucun chiffre de réduction de cheptel. "Il n'est pas possible de la quantifier, car celle-ci dépend de beaucoup de facteurs notamment de l'alimentation", affirment-ils.

La modification de la loi sur les effluents, introduisant des droits phosphate, est donc repoussée d'un an au 1er janvier 2018. Elle garantira de manière réglementaire que les rejets de phosphate resteront sous le plafond européen à partir du 1er janvier 2018.

(1) LTO, NZO, Nevedi, Najk, Rabobank.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Lait se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Cherchez-vous à augmenter les taux ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui