Réussir lait 26 avril 2006 à 17h17 | Par Costie Pruilh

Simulation économique - Produire du lait en plus sans ADL est souvent intéressant

Produire du lait en plus sans ADL peut être intéressant en cas d´investissements limités pour produire les litres supplémentaires.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

A partir de quel prix du lait devient-il rentable de produire du lait supplémentaire sans toucher d´ADL en plus ? Le BTPL (Bureau technique de promotion laitière) a calculé le seuil marginal pour une exploitation moyenne de son réseau Ecolait, avec 370 000 litres produits par 51 vaches à 7 255 litres par an. « Cette exploitation peut disposer de 50 000 litres supplémentaires, sans terre ni DPU. Nous prenons comme hypothèse que ce changement implique l´achat de sept vaches, mais ne nécessite pas d´investissement en bâtiment ni en matériel, pas de besoin de main-d´oeuvre supplémentaire, et on fait passer des surfaces en culture de vente en surface fourragère », présente Michel Deraedt, du BTPL.
Le BTPL calcule les charges liées à la production des 50 000 litres supplémentaires : 202 euros par 1000 litres en tout. Ils comprennent les frais d´élevage, les concentrés et co-produits pour les vaches laitières, les frais d´alimentation des génisses, les charges opérationnelles et de structure pour la production des fourrages, les frais de distribution du fourrage, le manque à gagner sur les cultures de vente, et les frais financiers éventuels.

Pour obtenir le seuil de rentabilité, le BTPL soustrait à ces charges les produits supplémentaires : la vente des réformes, des veaux et des génisses, la part couplée des primes à l´abattage et les produits divers. Au final, il devient intéressant de produire du lait sans ADL à partir d´un prix de 157 euros par 1000 litres, dans le cas de cette exploitation moyenne du réseau Ecolait. Le seuil de rentabilité varie de 128 à 188 euros par 1000 litres pour les quarts inférieurs et supérieurs du réseau.
Toutefois, le BTPL rappelle que beaucoup de facteurs peuvent affecter ce niveau de seuil de rentabilité. « Il faut tenir compte des troupeaux qui ont de fortes charges, ou de faibles produits annexes, des frais financiers élevés, un manque de main-d´oeuvre qui nécessite l´embauche d´un salarié. Certains investissements peuvent devenir nécessaires, comme le changement de la salle de traite, l´achat d´un matériel. Sans oublier que les années de transition, la vente d´animaux et donc les produits annexes sont moindres. »

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Lait se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Avez-vous investi dans un taxi lait ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui