Réussir lait 30 juin 2003 à 15h51 | Par Denis Lucas

Récolte de l´herbe/Enquête Réussir - Jongler entre le coût et la disponibilité des matériels

Pour les éleveurs qui ont répondu à l´enquête menée par Réussir, le foin est le principal mode de récolte de l´herbe. C´est donc logiquement à propos des matériels de fenaison qu´ils se posent des questions.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Pour les éleveurs qui ont répondu à notre enquête, le foin reste le mode de récolte de l´herbe le plus utilisé. Les raisons avancées sont multiples : « apport de fibres », « faible coût », « manutention aisée », « facilité et rapidité de distribution (en râtelier) », « système nécessitant le moins de main d´oeuvre ». L´enrubannage semble plus pratiqué que l´ensilage, mais il concerne des chantiers moins importants. Cette technique peut remplacer l´ensilage et parfois être une solution de secours pour sauver un foin menacé par la météo.
Seul un éleveur sur cinq envisage de changer de mode de récolte. Parmi ceux-là, les trois-quarts iraient vers du séchage en grange, notamment pour améliorer la qualité du fourrage.
©D. Lucas


L´enrubannage s´effectue plutôt par entreprise
Dans la chaîne de récolte de l´herbe, la faucheuse est majoritairement utilisée en individuel (à 66 %), avant tout pour la disponibilité des machines qui permet d´intervenir au bon moment. Le recours à la Cuma (pour 24 %) et à la copropriété est surtout évoqué pour le coût moindre, mais la disponibilité du matériel est la condition première pour que cela fonctionne.
Chez C. C., éleveur en Côtes d´Armor, « la Cuma avec chauffeur est disponible rapidement pour faucher, ce qui permet d´avancer le fanage ». La situation est différente pour C. B. dans le Haut-Rhin : « Dans la région, tout le monde récolte l´ensilage et les foins en même temps, ce qui ne permet pas d´avoir le matériel sous la main tout de suite. »

Les faneuses et andaineurs sont les matériels qui sont le plus utilisés en individuel (respectivement à 85 et 88 %) pour les mêmes raisons de disponibilité. Mais comme le dit G. P., éleveur en Saône-et-Loire, « ces matériels restent très coûteux comparativement au temps durant lequel ils sont utilisés sur une année ». D. et C. O. de l´Orne ont une opinion plus nuancée : « Ces matériels coûtent cher pour une exploitation individuelle, mais récolter ses fourrages à temps et en bonnes conditions n´a pas de prix. »

Certains éleveurs se posent la question d´un investissement à plusieurs pour des faneuses de grande largeur.
La moitié des éleveurs enquêtés utilise son propre matériel pour le pressage, également pour une question de disponibilité du matériel. Le recours à la Cuma ou à la copropriété est recherché pour la rapidité du chantier et pour le coût moindre. L´ETA est également sollicitée pour la rapidité du chantier et parfois pour le pressage en grosses balles cubiques.
Pour l´enrubannage, les éleveurs ont majoritairement recours à l´entreprise (41 %) ou à la Cuma (36 %). L´enrubannage concerne souvent de petites surfaces, ce qui rend difficile l´investissement individuel, surtout pour l´enrubannage en continu. Pour la même raison, l´ensilage est aussi sous-traité.

A la recherche de main d´oeuvre en chantier individuel
Le recours à la Cuma paraît pour beaucoup l´idéal pour réduire le coût de récolte, à condition que ce ne soit pas au détriment de la qualité du service. A. C. et D. A., du Maine-et-Loire, qui travaillent en Cuma pour la fauche et le pressage, témoignent : « Notre Cuma utilise trois round baller avec tracteurs et chauffeurs et fournit un très bon service ». Pour la faneuse et l´andaineur, ils ont par contre choisi la copropriété. « La Cuma n´a pas investi dans ces matériels, car ils sont plus difficiles à gérer », expliquent-ils. D´autres envisagent de faire marche arrière, tel Y. L., en Loire-Atlantique qui travaille en Cuma pour le pressage (deux machines pour neuf agriculteurs). « A l´avenir, j´investirai probablement moi-même dans un round baller pour maîtriser toute la chaîne de récolte ».

Même problématique pour H. L. dans le Pas-de-Calais, qui utilise actuellement une presse en Cuma : « Nous allons acheter une presse à deux en copropriété, car la Cuma est trop éloignée ».
Parmi ceux qui réalisent le pressage par eux-mêmes, presque un quart avoue avoir des problèmes de main d´oeuvre au moment du pressage, du fait du chevauchement avec l´andainage. A l´image de W. R., éleveur dans le Nord : « Le jour du pressage, il faut passer la faneuse sur toutes les coupes, andainer celles qui sont prêtes à être récoltées et presser. C´est alors l´andainage qui me pose un problème de main d´oeuvre ».
Beaucoup précisent que l´ensilage pose également des problèmes de main d´oeuvre, même s´il a l´avantage d´être un chantier plus rapide.


©J.-P. Gabut

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Lait se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Fermez-vous votre silo avec un robot de traite ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui