Réussir lait 13 novembre 2015 à 08h00 | Par Véronique Bargain

Produire des céréales bio est une opportunité pour les éleveurs

La demande croissante en céréales biologiques offre des perspectives aux éleveurs bio ou souhaitant se convertir.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Pour produire des céréales bio en quantité et qualité, il ne faut surtout pas arrêter l'élevage.
Pour produire des céréales bio en quantité et qualité, il ne faut surtout pas arrêter l'élevage. - © G. Omnès

En 2014, les surfaces en grandes cultures biologiques en Pays de la Loire ont été de 25 408 hectares  (bio et conversion), soit 3,2 % des surfaces de la région. En Bretagne, elles ont occupé 13 508 ha, soit 2,2 % des surfaces. « Au moins le double serait nécessaire pour satisfaire les besoins des opérateurs en alimentation animale et alimentation humaine », a souligné Gouven Oillic, d'Initiative Bio Bretagne, lors d'une conférence au Space. La consommation de produits animaux bio augmentant (lait, viande, œuf, volailles), la demande en céréales bio pour nourrir le cheptel est en effet en forte croissance. « En 2014, la Bretagne a produit 52 500 tonnes de céréales et protéagineux biologiques, indique Denis Paturel, directeur d'Agro Bio Europe qui organise la production d'œufs de 230 000 poules pondeuses en Bretagne. Or, rien que pour les pondeuses et futures pondeuses, il en faut 51 500 tonnes. Et le passage à une alimentation 100 % biologique pour les monogastriques au 1er janvier 2017 ne fera qu'exacerber cette tension entre offre et demande. » S'y ajoute une demande pour l'alimentation humaine elle aussi en développement, parce que la consommation augmente et parce que les transformateurs cherchent à sécuriser et relocaliser leurs approvisionnements. « Les débouchés sont garantis, avec des prix rémunérateurs », assure Denis Paturel, également administrateur d'Initiative Bio Bretagne.

" La présence des prairies dans les rotations est un atout "

Dans ce contexte, les éleveurs sont plutôt bien placés pour produire des céréales bio. « La présence de prairies dans la rotation est un atout, du fait de la redistribution de l'azote et du carbone et pour la gestion des adventices, assure Aurélien Dupont, de la chambre d'agriculture de Bretagne. Les rendements et les marges brutes sont supérieurs. » De 2002 à 2011, le rendement moyen en blé biologique en France a été de 43 q/ha s'il y avait de la prairie ou des légumes dans la rotation et de 28 q/ha en cultures pures. Et la marge brute a été de 1173 €/ha en présence de prairie, 580 €/ha en grandes cultures pures et 987 €/ha s'il y avait des légumes dans la rotation. « Pour produire des céréales bio en quantité et qualité, il ne faut surtout pas arrêter l'élevage », insiste Jean-Michel Bohuon, responsable productions végétales et collecte pour Agro Bio Europe. Si les rendements sont plus variables qu'en conventionnel, les prix moins volatiles et des culture diversifiées permettant un effet de compensation assurent des marges brutes équivalentes voire meilleures qu'en conventionnel. Et ceci avec un nombre de passages et un temps de travail pas plus élevés qu'en conventionnel. Au plan technique, le producteur peut faire le choix du tout binage ou de la couverture des sols, le plus souvent une combinaison des deux. Il doit veiller à la fertilisation, à la fertilité des sols et à la diversité et au suivi des cultures. Et il peut rencontrer des problèmes avec les taupins, les oiseaux et certaines cultures plus aléatoires (protéagineux, sarrasin). Enfin, pour limiter les risques sanitaires (mycotoxines), il doit veiller à une bonne évaluation du taux de maturité à la récolte et à la qualité du battage, du stockage et éventuellement du séchage.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Lait se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Machinisme agricole

Question du mois

Misez-vous davantage sur le pâturage ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui