Réussir lait 10 janvier 2014 à 08h00 | Par Franck Mechekour

Pathologie bovine - Un pédiluve à sec fait ses preuves pour lutter contre la maladie de Mortellaro

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le pédiluve à sec a donné des résultats comparables aux autres types de désinfection collective deux mois 
après le début du protocole.
Le pédiluve à sec a donné des résultats comparables aux autres types de désinfection collective deux mois après le début du protocole. - © DR

Il n’existe pas actuellement de solutions pour faire disparaître la maladie de Mortellaro dans un élevage atteint. En revanche, les travaux menés par Anne Relun, de l’Ecole vétérinaire de Nantes (Oniris-Inra) et de l’Institut de l’élevage entre 2009 et 2012 montrent
qu’il est possible « en combinant rigoureusement plusieurs leviers d’obtenir une amélioration durable et satisfaisante de la situation dans l’élevage », rappelle GDS Bretagne. Il s’agit de combiner la propreté des pieds (pas de sols humides ou souillés), avec des parages réguliers, la détection et le traitement individuel local de façon systématique et enfin la désinfection collective par pédiluve liquide ou pulvérisation « à la fréquence stricte de deux jours consécutifs tous les quinze jours ».



Un produit simple à utiliser

 

GDS Bretagne a poursuivi l’étude, avec Oniris, pour tester une alternative aux pédiluves liquides à savoir le produit Saniblanc Litières, un pédiluve à sec. « Nous avons obtenu des résultats comparables aux autres types de désinfection collective deux mois après le début du protocole », explique Ivanne Leperlier, de GDS Bretagne, qui précise : « ce produit a l’avantage d’être simple à utiliser (même en robot) et de ne pas provoquer d’appréhension chez les vaches, ce qu’on observe parfois avec les pédiluves liquides ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Lait se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Machinisme agricole

Question du mois

Misez-vous davantage sur le pâturage ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui