Réussir lait 27 septembre 2017 à 11h00 | Par Costie Pruilh

Mais où s'arrêtera la vague du "sans OGM" ?

Marché en plein boom, le lait issu de vaches nourries sans OGM est très demandé en Suède et en Allemagne. La France commence à développer des collectes spécifiques.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Aujourd'hui, la France développe le "sans OGM" essentiellement pour le marché allemand.
Aujourd'hui, la France développe le "sans OGM" essentiellement pour le marché allemand. - © Svenja Pein

La vague du lait issu de vaches nourries sans OGM touche la France. "L'Allemagne est le premier client de la France à l'export, notamment pour des fromages. Cet engouement des consommateurs allemands pour des aliments "sans OGM" est donc un enjeu majeur pour les transformateurs laitiers français", pointe Benoît Rouyer, économiste au Cniel. Des industriels se trouvent obligés de développer une collecte spécifique s'ils veulent conserver des contrats et leurs clients allemands. C'est par exemple le cas de Sodiaal, où trois sites sont concernés (Guingamp, Langres, Puy-en-Velay). Mi-juin, la coopérative comptait 200 éleveurs engagés dans le respect du cahier des charges allemand (label Vlog), avec une prime de 10 EUR/1000 l dès la période de conversion de trois mois. D'autres laiteries françaises développent aussi une collecte "sans OGM" pour des produits vendus en Allemagne, et d'autres laiteries ont de plus petits débouchés pour le marché français : Freiwald, Fromagerie Hutin, Triballat Noyal, Prospérité fermière, LSDH, Gillot Fléchard, Laiterie de Verneuil... La prime aux éleveurs engagés va de 6 à 10 EUR/1000 l.

En Allemagne, c'est un marché en plein boom. "En avril 2017, plus de 6000 produits disponibles sur le marché allemand étaient labellisés "Ohne Gentechnik" (sans manipulation génétique), représentant 4,4 milliards d'euros de chiffre d'affaires, dont 2,4 milliards pour les produits laitiers. C'est environ 15% du marché allemand des produits laitiers !", développe Benoît Rouyer. Depuis l'été 2016, Lidl en Allemagne commercialise exclusivement du lait issu de vaches nourries sans OGM ; et depuis l'automne 2016, les fromages. En Suède, tous les produits laitiers d'Arla foods sont certifiés "sans OGM". Pour inciter les producteurs d'Arla des autres pays à s'engager dans le "sans OGM", la coopérative a mis en place il y a un an une prime de 10 EUR/t lait  pour les éleveurs engagés.

Le consommateur français en demandera-t-il ?

Et en France ? Les consommateurs sont-ils réceptifs au "sans OGM" ? Y aurait-il aussi un marché ? Selon Véronique Pardo, du Cniel, la dernière enquête de 2016 sur les inquiétudes alimentaires montre que la question des OGM fait son apparition - par rapport à l'enquête de 2010 - mais reste marginale concernant les produits laitiers. Mais attention, ce n'est pas parce que cette attente n'a pas été exprimée que ce n'est pas une réelle attente des consommateurs, comme l'avait exposé le directeur qualité et développement durable de Carrefour lors des dernières Journées GTV. Il citait à titre d'exemple, le succès de leur poulet fermier d'Auvergne "sans OGM" et "sans antibiotique" qui a engendré quatre fois plus de ventes que prévu (1 million vendu/an), alors que "cette attente , les études ne l'avaient pas démontrée. Tout l'enjeu pour nous distributeurs est d'essayer de comprendre ce que le consommateur attend sans être capable de le dire clairement".

D'autres questions se posent. Le "sans OGM" deviendra t-il une norme pour le lait ? "Il faut rester vigilant. Comme ce qui s'est passé pour les oeufs de poules, une démarche peut vite devenir une nouvelle norme", prévient Benoît Rouyer. À quel prix ? Le développement du "sans OGM" peut se heurter à la disponibilité en protéines non OGM et donc à son prix. "S'il y a un dérapage inflationniste, il faudra augmenter la prime aux éleveurs. Mais dans ce cas-là, le consommateur suivra-t-il toujours ? En Suède, les systèmes d'élevage étaient très proches du cahier des charges, basés essentiellement sur l'ensilage d'herbe et le tourteau de colza. En Allemagne, la filière des biocarburants est une source de compléments protéiques. Mais la politique énergétique en Europe évolue et pourrait changer la donne", expose Benoît Rouyer.

Les AOP laitières réagissent

Quel impact sur le bio ? Le bio garantit une alimentation sans OGM. Mais comme la production peine à suivre la demande en produits laitiers bio, le "sans OGM" pourrait prendre des parts de marché au bio.

Quel impact sur les autres signes de qualité ? Si le consommateur français en demande, le sans OGM deviendra une norme des signes de qualité. Certaines AOP laitières exigent déjà une alimentation sans OGM du troupeau. Les autres s'interrogent, à l'image des AOP fromagères normandes. Lors de la dernière assemblée générale de l'Union des producteurs de lait AOP camembert de Normandie, livarot et pont l'évêque, un éleveur s'est exprimé ainsi : "Je pense que le consommateur imagine qu'une AOP est forcément "sans OGM". Il y a un risque à ne pas inclure une obligation "sans OGM" dans nos cahiers des charges. On peut facilement se passer des OGM dans nos systèmes d'élevage." Benoît Duval, le président, acquiesce : "Il faut y aller, mais une révision du cahier des charges est longue à mettre en oeuvre. Producteurs et transformateurs, nous pouvons déjà mettre en place des solutions sans attendre, comme le montre l'exemple de Gillot Fléchard avec un lait sans OGM en Filière qualité Carrefour fabriqué avec des excédents de lait AOP (lire Réussir lait n°314 de juin 2017, page 19)." Il ajoute qu'il faudra aussi travailler sur la valorisation de la viande. "Aujourd'hui, il n'y a pas de filière."

Le "sans OGM" est réglementé

Une réglementation existe depuis 2008 en Allemagne et depuis 2012 en France. En France, un lait certifié doit provenir d'un animal nourri sans OGM (jusqu'à 0,1% ou 0,9% de contamination accidentelle) depuis au moins six mois. En Allemagne, la loi impose un délai de trois mois et un niveau de contamination accidentelle possible jusqu'à 0,1%. En Allemagne, le label "Ohne Gentechnik" (sans manipulation génétique), créé par le ministère de l'Agriculture, est géré par l'association Vlog.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Lait se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Avez-vous installé des tapis sur les aires d'exercice et aire d'attente ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui