Réussir lait 07 juin 2017 à 08h00 | Par Emeline Bignon

Limiter l’expansion du datura

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La recrudescence de datura inquiète car cette plante peut provoquer d'importantes intoxications.
La recrudescence de datura inquiète car cette plante peut provoquer d'importantes intoxications. - © Arvalis

Bien connu dans le Sud-Ouest, le datura stramoine figure aussi désormais parmi les plantes invasives à reconnaître et à surveiller en Bretagne ! D’après la Fredon (1) Bretagne, la région comptait l’été dernier plus de 80 foyers de datura stramoine se concentrant essentiellement dans le nord Finistère et dans le Morbihan. « Nous n’en sommes pas aux niveaux d’infestations observés dans Sud-Ouest et en Poitou-Charentes, mais le datura est en progression », considère Michel Moquet d’Arvalis.

Non seulement, cette adventice annuelle de la famille des solanacées est fortement nuisible dans les cultures de maïs, mais elle présente aussi un problème sanitaire en raison de sa toxicité pour les animaux et pour l’homme. Riche en alcaloïdes, le datura est très toxique quelle que soit la partie de la plante. « D’après l’école vétérinaire de Toulouse, il suffit d’un pied de datura par 25 m2 pour provoquer des intoxications aiguës et mortelles de bovins via l’ensilage. » Il faut donc être vigilant à ne pas le laisser proliférer dans les champs, aux abords des parcelles cultivées et dans les intercultures après les récoltes d’été. D’autant que sa production de graines est importante.

Gare aux levées échelonnées et tardives

La lutte préventive commence par savoir reconnaître l’adventice. De teinte vert foncé brillant, la plantule présente une odeur désagréable au toucher. Au stade plantule, le datura peut se confondre avec la lampourde. Les premières feuilles de la lampourde s’avèrent un peu plus étroites.

La contamination d’une parcelle à l’autre se fait par le matériel et LA ??? récolte et de travail du sol. « Dans le maïs, la plupart des programmes en pré et postlevée présentent une efficacité satisfaisante sur datura au stade jeune. Mais avec le datura, gare aux levées échelonnées et tardives ! Une deuxième intervention tardive, chimique ou mécanique, est indispensable. Ce dernier passage interviendra le plus tard possible, vers 8-10 feuilles, avant couverture du sol par le maïs. »


(1) Fédération régionale de défense contre les organismes nuisibles.


Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Lait se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Avez-vous installé des tapis sur les aires d'exercice et aire d'attente ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui