Réussir lait 26 février 2016 à 08h00 | Par Véronique Rychembusch

Les Agri'novateurs ne manquent pas de projets

Initiée en 2013 dans le Finistère, la démarche des Agri’novateurs devrait s’étendre à d’autres départements bretons.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La revue des Agri'novateurs peut être téléchargée sur le site de la chambre d'agriculture du Finistère.
La revue des Agri'novateurs peut être téléchargée sur le site de la chambre d'agriculture du Finistère. - © chambre-agriculture-finistere.fr

Nombreux sont les agriculteurs qui, au quotidien sur leur exploitation, essaient des choses pour produire autrement, améliorer leur efficacité économique, leurs conditions de travail, mieux répondre aux attentes du marché et/ou de la société, tendre vers plus d'autonomie... L’un des objectifs du réseau des Agri’novateurs créé en 2013 est notamment de diffuser ces initiatives, faire se rencontrer et échanger des agriculteurs qui ont essayé des choses et d’autres qui ont envie d’essayer mais hésitent à se lancer », explique Jean-Hervé Caugant, producteur laitier à Dinéault, vice-président de la Chambre d’agriculture du Finistère à l’origine du projet. Le groupe qui compte actuellement une quarantaine d’agriculteurs ne demande qu’à s’étoffer. « Peu importe la production, le système, tout agriculteur qui a envie de faire évoluer sa ferme pour essayer d’en améliorer la durabilité a sa place. »

Diffuser les initiatives et échanger

Et la dynamique semble maintenant bien enclenchée. D’un bout à l’autre du département, les initiatives recensées sont nombreuses, qu’elles concernent la culture ou l’élevage, avec par exemple des vaches nourrices pour allaiter les veaux en production biologique, le croisement trois voies pour optimiser l’effet d’hétérosis ou encore une application permettant le contrôle à distance d’un robot de traite. Mais le réseau des Agri’novateurs se veut aussi un creuset de réflexion sur les grands enjeux concernant l’agriculture. Ainsi, un nouveau groupe dédié à la problématique du stockage du carbone et de la maîtrise des gaz à effet de serre est en train de se constituer.

Temps fort de la dynamique du groupe, les Agri’novateurs tiennent chaque année forum au sein d’une entreprise locale innovante de la filière agricole. En 2014, c’était le fabricant d’épandeurs et remorques Rolland et en 2015 la société Tuffigo Rapidex, spécialisée dans les systèmes de ventilation et  d’alimentation. « Cette année, nous avons aussi souhaité y accueillir des élèves d’écoles d’agriculture, futurs exploitants ou interlocuteurs des agriculteurs. » Et un prix de l’Agrinovateur de l’année a également été décerné. Si le réseau est d’ores et déjà source de beaucoup d’échanges et réflexions et de réalisations concrètes, il ne manque pas non plus de projets. À partir de 2016, la démarche Agri’novateurs devrait ainsi se décliner dans d’autres départements bretons. Pour André Sergent, président de la Chambre d’agriculture du Finistère, « l’innovation sous toutes ses formes est un enjeu stratégique pour l’agriculture, pour la compétitivité des exploitations mais aussi pour y attirer des jeunes. » Et la démarche de groupe et sans doute l’un des meilleurs moyens d’en faire profiter le maximum d’agriculteurs.

Pour en savoir plus

Contact : Jean-Yves Porhiel - 06 84 54 85 89.

jean-yves.porhiel@finistere.chambagri.fr

www.chambre-agriculture-finistere.fr

Erwan Caradec, Agri'novateur 2015, a présenté, sur l'atelier préservation du capital sol, les techniques culturales en place sur son exploitation, comme le semis direct sous couvert de luzerne.
Erwan Caradec, Agri'novateur 2015, a présenté, sur l'atelier préservation du capital sol, les techniques culturales en place sur son exploitation, comme le semis direct sous couvert de luzerne. - © V. Redestein

Erwan Caradec, Agri'novateur de l'année

Le deuxième forum des Agri’novateurs, organisé fin 2015, a été l'occasion de mettre à l’honneur l’un de ses membres : Erwan Caradec. Éleveur laitier en Gaec à Douarnenez avec 110 laitières et 160 hectares et agronome dans l’âme, l’agriculteur a beaucoup fait évoluer ses techniques de cultures, passant notamment du labour au semis direct sous couvert semi-permanent de luzerne. Adepte des méteils, l’éleveur n’hésite pas, dans une optique d’autonomie alimentaire, à essayer des choses comme la culture du soja. Convaincu de la nécessité de communiquer, il ouvre aussi régulièrement son exploitation au public et a installé au bout de l’un de ses champs, au niveau d’un carrefour très passant, un panneau pour expliquer l'intérêt du semis direct, avec un flash code permettant d'accéder à un site Internet pour de plus amples informations. "L’agriculture bouge et a un rôle à jouer dans de nombreux domaines, nous devons montrer et expliquer ce que nous faisons".

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Lait se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Machinisme agricole

Question du mois

Votre OP ou votre laiterie vous incite à produire moins. Le faites-vous ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui