Réussir lait 02 juin 2017 à 16h00 | Par Emeline Bignon

Le trèfle violet est plus facile à réussir que la luzerne

PUR OU EN ASSOCIATION. Le trèfl e violet gagne à être mieux connu. Facile à associer avec une graminée, cette légumineuse mérite d’être réintroduite dans les systèmes fourragers.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
LE STADE OPTIMAL DE RÉCOLTE DU TRÈFLE
violet est début bourgeonnement à
bourgeonnement pour la première coupe.
LE STADE OPTIMAL DE RÉCOLTE DU TRÈFLE violet est début bourgeonnement à bourgeonnement pour la première coupe. - © B. Osson

Le trèfle violet partage plusieurs atouts avec la luzerne, notamment l’économie d’intrant, l’effet bénéfique sur la structure et de la vie biologique du sol ainsi que la restitution d’azote à la culture suivante.

Mais contrairement à la luzerne qui se révèle particulièrement riche en protéines mais assez pauvre en énergie, le trèfle violet présente un profil nutritionnel plus équilibré. « Le trèfle violet est plus riche en sucres solubles, ce qui facilite sa conservation en ensilage, lui confère une bonne appétence ainsi qu’une valeur UFL plus élevée », avance Jean-Jacques Beauchamp de la chambre d’agriculture du Calvados.

Dotés d’un pouvoir tampon plus faible que celui de la luzerne, les ensilages de trèfle violet se conservent mieux. « Sans compter que le trèfle violet a la particularité de contenir une enzyme qui limite la dégradation des protéines », souligne-t-il. Malgré son aspect de plante frêle, le trèfle violet ne pose pas de souci pour faire ruminer les vaches. « Sous les feuilles étalées, il y a aussi beaucoup de tiges », mentionne Michel Deraedt, spécialiste fourrages au BTPL. Le trèfle violet est plus facile à réussir que la luzerne. À commencer à l’implantation.

Il exige certes une implantation soignée car il s’agit de petites graines (sol finement préparé, faible profondeur de semis, roulage…) mais il requiert toutefois moins de précautions. Il n’y a pas besoin d’inoculer la semence.

Le trèfle violet s’installe bien et rapidement. Contrairement à la luzerne qui n’aime pas trop les températures fraîches et qui démarre plus lentement. « Début septembre, on peut encore semer du trèfle violet sans problème », assure Michel Deraedt. Certains éleveurs pratiquent aussi des semis sous couvert de méteil en hiver.

Quel que soit le type de sol, le trèfle violet poussera. À l’inverse de la luzerne, il s’implante mieux en sol acide (pH supérieur à 5,5). « La luzerne est une légumineuse de luxe, qui nécessite des terres filtrantes et plutôt profondes. Avec des terres superficielles ou lourdes, sensibles aux excès d’eau, mieux vaut opter pour la facilité en semant du trèfle violet, conseille Pascal Le Coeur des chambres d’agriculture de Bretagne. Dans de bonnes parcelles, la luzerne sera apte à de meilleurs rendements, mais elle se révélera moins robuste et aura tendance à s’éclaircir plus facilement. »

Associé à du ray-grass hybride, le trèfle violet produira moins (9 à 12 tMS/ha) mais il sera là dans toutes les situations.

Le trèfle violet valorise bien les pluies régulières

Plus agressif au démarrage, il concurrence mieux les adventices et limite ainsi le salissement. À condition que les limaces, tipules et sitones ne prennent pas le dessus. « Dans une prairie multiespèce, la présence de trèfle violet garantit une bonne couverture du sol au démarrage. Cet atout est important car il n’y a guère de possibilité de désherbage pour les associations graminée-légumineuse », rappelle Michel Deraedt.

Autre atout du trèfle violet : la possibilité de sursemis dans une prairie dégradée, qui se révèle impossible avec la luzerne car il s’agit d’une plante allélopathique (elle émet une substance qui empêche la germination de toutes autres graines semées ultérieurement). La pérennité du trèfle violet ne dépasse ...

LIRE LA SUITE dans la revue n°314 de juin 2017, pages 38 à 40, avec un témoignage d'éleveur, un article sur l'association RGH-TV...

Les plus :

• Bonne valeur énergétique et azotée
• Facilité à ensiler
• Bonne association avec le ray-grass hybride

Les moins :

• Pérennité moyenne
• Sensibilité à la sécheresse
• Difficulté de fanage

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Lait se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Etes-vous prêt à distribuer un seul repas par jour aux veaux dès la 3e semaine ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui