Réussir lait 23 mars 2017 à 08h00 | Par Franck Mechekour

La Montbéliarde a opté pour son nouveau modèle d’organisation

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les trois entreprises de sélection vont devenir devenir des organismes de sélection (OSue) dont le poids décisionnel sera plus important au sein de la nouvelle organisation de la race.
Les trois entreprises de sélection vont devenir devenir des organismes de sélection (OSue) dont le poids décisionnel sera plus important au sein de la nouvelle organisation de la race. - © F. Mechekour

Umotest, Jura-Bétail et la Comtoise MLS, les trois entreprises de sélection en race Montbéliarde, vont devenir des organismes de sélection (OSue). Et l’Organisme de sélection actuel assurera par délégation, une grande partie des missions pour le compte des trois OSue. Telle est l’organisation choisie par la Montbéliarde dans le cadre du nouveau règlement zootechnique européen qui s’imposera à toutes les races et pays de l’Union européenne en novembre 2018. Ce règlement prévoit en effet la création d’OSue (une ou plusieurs par race) qui auront pour mission de gérer en interne ou avec des partenaires, le programme de sélection, l’évaluation génétique, la tenue du livre généalogique, le contrôle de performance…

Un projet commun malgré des divergences d’intérêt

Concrètement, dans ce nouveau dispositif, les missions qui seront déléguées par les trois OSue à l’OS nouvelle formule seront "l’orientation de la race (standard et objectifs de sélection), la gestion du livre généalogique et du fichier racial avec délivrance des documents officiels, la concertation pour l’indexation commune des caractères actuels mais aussi l’ingénierie et le contrôle de la morphologie", souligne Philippe Maitre, le directeur de l’OS. Hors champ réglementaire, la future OS se verra également confier « le service élaboré aux éleveurs et la promotion générique de la race ».

Cette nouvelle organisation ne va pas bouleverser les choses en termes de répartition des missions entre structures et d’impacts pour les éleveurs. Elle redonne cependant un peu plus de poids décisionnel aux entreprises de sélection. Mais cet accord est qualifié d’historique parce qu’il émane « d’administrateurs-éleveurs qui ont réussi à s’entendre pour construire un projet commun dans l’intérêt des éleveurs montbéliards et de la race malgré des intérêts divergents au niveau de leur structure », explique Philippe Maitre. Or, il y a un an, le scénario était plus proche de la division que du rassemblement autour d’un projet commun.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Lait se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Avez-vous investi dans un taxi lait ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui