Réussir lait 30 mai 2016 à 08h00 | Par Emeline Bignon

L'introduction de luzerne dans les systèmes fourragers a un impact économique limité

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La luzerne permet d'augmenter l'autonomie alimentaire et de réduire l'indice de fréquence de traitement moyen de la ferme.
La luzerne permet d'augmenter l'autonomie alimentaire et de réduire l'indice de fréquence de traitement moyen de la ferme. - © Jean-Charles Gutner

Les différents essais et simulations menés sur l'introduction des légumineuses dans les systèmes fourragers concluent à une incidence neutre à positive. Telle est la conclusion dressée lors d'une présentation à Paris lors des dernières journées AFPF. Les Réseaux d'élevage avaient déjà réalisé en 2010 une synthèse de neuf projets d'introduction de luzerne pour réduire le coût alimentaire des troupeaux. À l'époque, avec des céréales à 160 EUR/tonne, ces projets présentaient un impact économique légèrement positif, de l'ordre de 6 EUR/1000 l (0 à 12 EUR/1000 l). « L'incidence économique dépend du rendement de la luzerne, du coût lié à sa conduite et en particulier sa récolte, la marge dégagée initialement par les surfaces qu'elle remplace, et du prix du correcteur azoté, évoquent les auteurs de l'étude. Si la baisse des achats de correcteur azoté ou des achats de fourrages est souvent supérieure à 10 EUR/1000 l, les autres facteurs évoqués ci-dessus viennent modérer cette diminution de charges. »

Arvalis parvient aux mêmes conclusions avec une étude réalisée en 2015 sur l'introduction de la luzerne dans un système de polyculture-élevage-bovins lait en Pays de la Loire. « La luzerne permet d'augmenter l'autonomie alimentaire et de réduire l'IFT moyen de la ferme. Mais n'améliore pas significativement le résultat économique, et ce quel que soit le contexte de prix retenu. » Ceci dit, les études ne prennent pas en compte les arrières-effets sur les cultures suivantes, les effets sur la santé du troupeau, ni sur la composition du lait. Inversement, l'investissement dans un nouveau matériel (pour la récolte par exemple) - hypothèse qui n'a jamais été évoquée dans les études - peut limiter ce gain.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Pierre Yves (38) | 05 juin 2016 à 12:23:18

bonjour, faudrait également pensez au temps de travail supplémentaire. En matière de temps de travail et de moyens mis en oeuvre, rentrer une semi de tourteaux, c'est pas tout à fait pareil que de rentrer l'équivalent en luzerne.

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Lait se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Etes-vous prêt à distribuer un seul repas par jour aux veaux dès la 3e semaine ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui