Réussir lait 17 février 2016 à 08h00 | Par A. Conté

« L’Europe du Nord est responsable de la surproduction actuelle »

L’Institut de l’élevage vient de refaire un état des lieux des fi lières laitières dans les principaux pays laitiers d’Europe du Nord. Il refl ète une forte volonté de croissance, mais la réglementation environnementale est le principal frein, souligne Gérard You, responsable économie des filières-GEB.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Gérard You, responsable économie des filières GEB-Institut de l'élevage
Gérard You, responsable économie des filières GEB-Institut de l'élevage - © C. Pruilh

■ Quels sont les éléments marquants par rapport à votre précédente étude sur l’Europe laitière du Nord ?

Gérard You - « Il est clair que sur 2014 et 2015, on a assisté à un véritable boom de la production laitère en Europe du Nord, en particulier aux Pays-Bas et en Irlande. L’Europe du Nord est le premier bassin mondial responsable de la surproduction actuelle. En deux ans, la collecte de l’UE a bondi de 9 millions de tonnes soit 6 %. C’est considérable et reflète une volonté de croissance. La réponse a été rapide et forte, bien supérieure à ce à quoi on pouvait s’attendre il y a trois-quatre ans lors de notre précédente étude.

Qui imaginait que l’Irlande en 2015, malgré le coup de frein du début d’année pour éviter les pénalités sur la dernière campagne de quotas, ferait plus de 10 % par rapport à 2014 ?

Cette forte augmentation au niveau européen traduit une préparation de longue date à la  fin des quotas en termes d’investissements, capacités de logement, accroissement de la productivité.

L’autre surprise vient du Royaume-Uni : la production connaît depuis deux ans un important rebond (+ 1 million de tonnes depuis 2012-2014, 8 millions de tonnes en 2014) alors qu’elle était sur le déclin. L’arrivée de deux entreprises de dimension internationale, Müller et Arla Foods, a réorganisé et musclé le secteur de la transformation qui était son point faible. Les distributeurs semblent aussi s’impliquer positivement dans la  filière avec des contrats basés sur un prix du lait indexé sur le coût de production pour garantir leur approvisionnement en laits conditionnés. La conséquence est une très grande disparité des contrats d’achat de lait souscrits par les producteurs (1). Mais la valeur de la livre sterling reste un déterminant majeur de la production, et son redressement actuel pourrait stopper la reprise. »

■ Les pays du nord de l’Europe ont-ils la capacité de produire d’ici 2020 au même rythme que ces deux dernières années ?

G. Y. - « Le graphique ci-contre montre les prévisions de croissance de la collecte d’ici 2020 annoncées par les différents pays. Mais il s’agit plus de potentiels de croissance que de prévisions : la production augmentera si la conjoncture le permet. Pour le moment, il n’y a aucun signe d’amélioration des marchés d’ici juin. Un scénario de ralentissement en 2016-2017 voire de léger repli de la production, après le rebond de 2014-2015, est fort possible.

- © GEB-Idele

Les principaux freins au développement de la production en Europe du Nord sont clairement la réglementation environnementale et la densité animale.

Les Pays-Bas sont face à la menace d’une réglementation sur les phosphates, avec probablement des quotas qui seront basés sur le nombre de vaches. Ils ont augmenté leur production de 20 % en dix ans (14,2 millions de tonnes en 2014), dont environ 6 % en 2015 sur onze mois. Ils ont saturé très vite leur bâtiment pour se constituer une référence VL mais personne ne croit qu’ils pourront continuer à ce rythme. Les Pays-Bas peuvent donc connaître rapidement un ralentissement voire un arrêt de leur croissance.

La pression sociétale y est par ailleurs très forte comme au Royaume-Uni, mais ces pays savent transformer ces attentes sociétales en opportunités, anticiper et être proactifs. »

■ Qu’en est-il des autres pays ?

G. Y. - « Au Danemark, les éleveurs eux n’ont pas le choix, ils sont obligés de produire pour diluer leurs charges. Mais avec un taux d’endettement moyen de 80 %, ils ne sont pas en mesure de rembourser leurs investissements, ce sont les banques qui sont devenues de fait les actionnaires des exploitations laitières. Beaucoup sont en grandes difficultés.

En Allemagne (31,3 millions de tonnes en 2014), la  fin des quotas est vécue comme une libération : l’appétit de produire est général, la production augmente partout même si elle progresse plus vite en Allemagne du Nord qu’en Bavière ou dans l’Est. Il y a un réel potentiel de croissance. Mais on aurait pu s’attendre à un rebond plus fort en 2015 ; la progression est  finalement comparable à celle de la France.

L’Irlande a incontestablement beaucoup de potentiel. Le modèle irlandais low cost est, parmi les modèles d’Europe du Nord, celui qui est le mieux armé face à la crise. Avec un bémol : il est très sensible aux aléas climatiques. Par ailleurs, le coût de production (hors rémunération de la main-d’oeuvre familiale), après avoir plafonné à 150 €/t sur la période 2005- 2011, a bondi de près de 50 % (225 €/t) en trois ans sous l’effet d’investissements importants et d’une intensification. Sur l’année 2015, l’Irlande a déjà réalisé un tiers des 30 % de croissance prévus sur la période 2014-2020. Mais il faut relativiser son impact vu la taille du pays (5,8 millions de tonnes en 2014). »

■ Vous avez analysé les différents éléments (foncier, accès au crédit…) qui peuvent jouer sur la compétitivité des pays. Comment s’en sort la France ?

G. Y. - « Le coût du foncier bon marché est plutôt un atout pour la France. Cependant le prix élevé du foncier de certains pays oblige les exploitations à être très performantes (10 000 l/ha SFP lait) et permet aux éleveurs (compte tenu de la valeur de ce bien en partie propriété des éleveurs) de négocier des prêts auprès des banques.

En revanche, dans la plupart des pays, l’accès au crédit bancaire est plus facile qu’en France, sauf en Irlande où les banques sont mal en point ...

LIRE LA SUITE dans le n°299, pages 14 et 15

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Lait se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Machinisme agricole

Question du mois

Votre OP ou votre laiterie vous incite à produire moins. Le faites-vous ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui