Réussir lait 18 mars 2015 à 08h00 | Par Costie Pruilh

L'assurance prairie attend l'enveloppe de subvention pour décoller

Pacifica propose et Groupama prépare une assurance socle prairie subventionnée.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
L'assurance socle subventionnée par l'État ne prend en compte que les pertes de rendement, pas les pertes de qualité.
L'assurance socle subventionnée par l'État ne prend en compte que les pertes de rendement, pas les pertes de qualité. - © Soizick Héloury/L’Anjou agricole

Le fonds des calamités agricoles (FNGRA) déclenche une indemnisation pour les prairies à partir de 30% de pertes (en tMS/ha) et les exploitations perçoivent environ 28 à 30% du montant des dommages. Parallèlement, des assurances privées se sont mises en place, qui couvrent mieux le risque de perte de rendement. Les assurances privées ne sont intéressantes pour les éleveurs que si elles sont subventionnées par l'État.

L'assurance socle subventionnée par l'État ne prend en compte que les pertes de rendement, pas les pertes de qualité. Pour les prairies, le droit à subvention est calculé pour une franchise de 30%. La subvention couvre 65% de la prime d'assurance. Pour l'heure, l'enveloppe 2015 n'est pas encore connue. Plus elle sera importante, et plus le taux d'adhésion des éleveurs sera élevé.

Pacifica (Crédit agricole) a mis en marché dès fin 2012 un contrat de ce type pour les prairies. "En 2013, 224 exploitations avaient souscrit. Pour la campagne 2015, 450 exploitations se sont couvertes contre le risque de perte de rendement." Groupama a récemment annoncé une assurance socle disponible à la vente au printemps 2016 pour les prairies.

Différents contrats pour différents niveaux de couverture

Chez Pacifica, l'éleveur se positionne sur deux critères : la franchise, et le capital à assurer. "La franchise reflète la capacité d'auto assurance de l'éleveur, c'est-à-dire ses capacités de stockage de fourrage. En fonction de ses capacités, il peut choisir entre 10 et 50% de franchise. Le capital par hectare correspond à la valeur ou au coût de production du fourrage. Il sera plus élevé dans un système intensif (800-900 euros/ha), que dans un système extensif (500-600 euros/ha)." La cotisation moyenne, nette de subvention, est de 10-11 euros/ha. En cas de perte de rendement, l'indemnité versée permet d'acheter du fourrage à l'extérieur. "En 2013 et 2014, des années plutôt bien arrosées, les taux de perte n'ont pas été suffisants pour déclencher des remboursements."

Groupama, en plus de l'assurance socle avec franchise à 30%, propose aussi des contrats à garanties supérieures. Une troisième offre, proche des garanties de l'actuelle multirisques climatiques (pertes de qualité couvertes), non subventionnée, devrait être proposée.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Lait se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Fermez-vous votre silo avec un robot de traite ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui