Réussir lait 27 juillet 2011 à 14h46 | Par B. Griffoul et F. Mechekour

Génomique : la sélection à grande vitesse

La génomique permet de connaître la valeur d’un animal dès la naissance, aussi bien pour les mâles que pour les femelles. Elle révolutionne les pratiques de sélection et accélère le progrès génétique.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Connaître la valeur génétique d’un animal à partir d’un simple échantillon de sang : plusieurs générations de généticiens qui ont conçu et amélioré les lourds programmes de sélection basés sur le testage sur descendance, en auraient rêvé. Les chercheurs en génomique animale l’ont fait.

Les trois principales races bovines laitières (Holstein, Montbéliarde, Normande) sont les premières à en bénéficier. Depuis deux ans, les éleveurs peuvent acheter des semences de taureaux génomiques évalués dès leur naissance avec un degré de fiabilité équivalent à celui des reproducteurs en début de testage. Des taureaux dont les semences sont mises sur le marché dès l’âge de 15 mois, alors qu’il fallait attendre qu’ils aient 5 ou 6 ans auparavant.

Et voilà que, depuis quelques semaines, les éleveurs peuvent faire évaluer leurs femelles avec la même fiabilité que les taureaux. Si ce n’est pas une révolution, ça y ressemble fort.

La sélection génomique n’a pas fini de nous étonner. Comme le TGV a changé le rapport au territoire, l’accélération de la sélection animale, avec des générations de jeunes taureaux qui vont se succéder à un train d’enfer, modifie en profondeur aussi bien le métier des entreprises de sélection que les pratiques des éleveurs. Le testage touche à sa fin. De nombreux services, comme le contrôle de performance, vont s’en trouver bousculés. Ce doublement du progrès génétique permis par la sélection génomique, la possibilité de sélectionner de nouveaux caractères difficiles à indexer auparavant, notamment fonctionnels, qui mettront entre les mains des éleveurs des vaches plus faciles à élever, portent à l’enthousiasme.

Néanmoins, « attention à la manière dont la génomique sera utilisée », avertit Vincent Ducrocq, chercheur à l’Inra. Veillons à ne pas retomber dans le « star system » qui se cristallisait autour de quelques taureaux phares. Sinon, gare à la variabilité génétique.

Mais ne boudons pas notre plaisir. La méthode de sélection génomique développée par la recherche française est reconnue comme l’une des plus fiables au monde. Elle est le fruit d’une longue collaboration entre la recherche publique française, l’Inra, et les entreprises de sélection fédérées au sein de l’Unceia. Un partenariat que beaucoup nous envient.

Sommaire

P 28 : La génomique révolutionne les pratiques de sélection
P 32 : Pour les entreprises de sélection : le testage fait place au génotypage
P 36 : Pour les éleveurs, deux conséquences : un choix de taureaux à donner le tournis et les index femelles connus dès la naissance
P 42 : L’enjeu politique : interview de Michel Cetre, président de l’UNCEIA

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Lait se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Fermez-vous votre silo avec un robot de traite ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui