Réussir lait 06 juin 2007 à 17h52 | Par Costie Pruilh

Fièvre catarrhale - Le moucheron en circulation

Le moucheron vecteur est à nouveau actif. Il n´y a pas de preuve de reprise de l´activité virale.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Depuis le 6 avril, l´administration française considère le moucheron Culicoïdès, vecteur de la fièvre catarrhale, de nouveau en activité. Les services vétérinaires ont piégé des moucherons. « Par contre, à ce jour (20 avril), il n´y a pas de preuve de reprise de l´activité virale, ni en France, ni en Belgique, ni aux Pays-Bas ou en Allemagne », précise Marc-Henri Cassagne, directeur de la FNGDSB(1). Les 11 cas identifiés depuis le début de l´année portent à 17 le nombre total de cas français. « Ces 11 cas ont attrapé le virus avant que l´activité du moucheron ne s´arrête l´hiver dernier », précise Marc-Henri Cassagne. L´administration a pris de nouvelles mesures de restriction des mouvements d´animaux vivants présents dans le quart Nord-Est de la France. Le protocole pour les veaux de 8 jours et les conditions de sortie pour abattage sont précisés dans les nouvelles notes de la direction de l´alimentation (DGAL), disponibles sur le site internet du ministère de l´Agriculture(2).
Le dépistage sérologique négatif est demandé pour tout déplacement de ruminants ©sauf les veaux de 8 jours des zones réglementées vers les zones indemnes.©S. Grente

Double contrôle excessif
Pour les mouvements d´élevage, un animal quittant la zone réglementée est soumis avant son départ à un dépistage sérologique et une désinsectisation de 28 jours. La désinsectisation - des animaux, des camions. - est de mise dans tous les cas de figure. Pour sortir d´un périmètre interdit, l´animal est soumis à un double contrôle sérologique : avant départ et à l´arrivée. « Ce double contrôle est excessif. La France va au-delà de la réglementation, et nous ne pensons pas que cela soit justifié au regard du risque. Même si le contrôle à l´arrivée est pris en charge par l´État, il génère des contraintes pour les acheteurs, et complique donc les relations commerciales des éleveurs des périmètres interdits. Or la situation des éleveurs est toujours difficile. » La FNGDSB demande aussi à la DGAL que les éleveurs sentinelles (contrôles sanguins mensuels, pour la surveillance) soient dédommagés du temps qu´ils passent à seconder le vétérinaire pour les contrôles.
(1) Fédération nationale des groupements de défense sanitaire bovin.
(2) www.agriculture.gouv.fr - rubrique Actualités, sous-rubrique Actualités du site.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Lait se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Avez-vous investi dans un taxi lait ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui