Réussir lait 03 mai 2013 à 16h18 | Par Ludovic Vimond

Ensilage d'herbe - Réduire la consommation des ensileuses

Surdimensionnées pour l’ensilage d’herbe, les ensileuses automotrices d’aujourd’hui rivalisent de solutions électroniques et mécaniques pour réduire leur consommation.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
LA GESTION DE LA LONGUEUR DE COUPE EN FONCTION DU TAUX DE MATIÈRE SÈCHE influe sur la consommation de carburant. À titre d’exemple, selon John Deere, augmenter la longueur de coupe de 5,5 à 9 mm réduit
la consommation de 36 %.
LA GESTION DE LA LONGUEUR DE COUPE EN FONCTION DU TAUX DE MATIÈRE SÈCHE influe sur la consommation de carburant. À titre d’exemple, selon John Deere, augmenter la longueur de coupe de 5,5 à 9 mm réduit la consommation de 36 %. - © John Deere

"Il y a vingt ans, les ensileuses avaient la puissance adéquate pour l’ensilage d’herbe, mais étaient asthmatiques au maïs, explique Philippe Miroux, responsable produit ensileuse New Holland. Aujourd’hui, elles sont dimensionnées pour le maïs, mais se baladent à l’herbe. » « Même utilisée à son maximum, une ensileuse ne passe que 40 à 50 % de son temps à pleine charge. Il y a des temps morts que l’on ne peut pas réduire », poursuit Maxime Legros, responsable produit ensileuse John Deere. C’est pour ces raisons que les constructeurs cherchent à réduire la consommation lors des chantiers d’herbe.

Gérer l’avancement pour optimiser le flux de récolte

Si tous les constructeurs proposent un régulateur de vitesse permettant de rouler à vitesse constante, une majorité d’entre eux (Fendt, John Deere, Krone et New Holland) ajoutent un système de régulation de la vitesse en fonction de la charge moteur, optimisant les performances de la machine, maintenant un flux constant de récolte et donc minimisant la consommation à l’hectare. Cette gestion comprend la plupart du temps une réduction du régime moteur en bout de champ lorsqu’on lève l’outil frontal ou lorsque l’ensileuse passe au neutre. « Ces deux derniers automatismes contribuent à réduire de 11 % la consommation de carburant, explique Maxime Legros. Ces résultats sont donnés par des essais de la DLG en Allemagne. On monte à 15 % en additionnant la régulation automatique de la vitesse d’avance- ment en fonction de la charge. » « Chez New Holland, cette régulation fait évoluer l’ensileuse à un régime moteur constant plus réduit à l’herbe, affirme Philippe Miroux. Et sur la route, l’ensileuse évolue à 1 400 tr/min, générant une économie de 20 % au transport. » De son côté, Krone modère l’utilité de cette régulation à l’herbe. « Il est rarement possible de rouler au maximum des capacités de l’ensileuse dans les chantiers d’herbe », explique Julien Claudon, responsable produit ensileuse de la marque. D’une part, il faut des andains suffisamment fournis pour occuper la machine. D’autre part, certaines conditions, comme des andains sinueux ou des tracteurs ne pouvant pas suivre le rythme de l’ensileuse, ne permettent pas d’ex- ploiter pleinement la puissance de l’ensileuse.

Changer la puissance de la motorisation

Les nouvelles normes antipollution ont vu la généralisation de la gestion électronique de l’injection des moteurs ouvrant la voie aux multiples courbes de puissance. Sur les Big X 700, 850 et 1100, Krone propose depuis trois saisons deux courbes de puissance (XPower et EcoPower), les puissances maxi passant alors, de façon automatique, respectivement de 700, 850 et 1 100 ch à 510 et 670 ch (sur les deux grosses machines). « Mais c’est surtout sur la Big X 700 que c’est le plus utile, les deux plus grosses étant rarement utilisées à l’herbe, reconnaît Julien Claudon. À débit de chantier comparable, le mode EcoPower génère une économie de carburant de 11 %. » Depuis deux ans sur les Jaguar 970 et 980 et depuis cette saison sur les 940, 950 et 960, Claas propose le Dynamic Power, qui comprend dix courbes de puissance. Une Jaguar 980 peut ainsi voir sa puissance maxi passer de 884 à 333 ch. Le changement de courbes de puissance se fait de façon automatique, le conducteur ne s’en apercevant qu’en visualisant son terminal Cebis. « La machine délivre la puissance en fonction du volume de fourrage, explique François-Régis Mathieu. L’idée est de stabiliser la vitesse d’avancement et de limiter les variations de régime. Le Dynamic Power agit également en bout de champ en passant à la plus petite courbe de puissance quand on lève l’outil. Des tests ont montré une différence de consommation de 10% en herbe.» De son côté, Fendt propose un boîtier de transfert à deux vitesses. « En mode Eco, l’ensileuse propose les mêmes régimes de rotor et de soufflerie que pour le maïs, résume Matthieu Pugin, le responsable produit. Mais le moteur évolue au régime économique de 1 600 tr/min au lieu de 2000 tr/min. »

Des efforts apportés sur la cinématique

Outre les solutions électroniques, la cinématique et la construction mécanique des ensileuses impactent également la consommation. Aujourd’hui, les pick-up offrent une qualité de ramassage combinée à une vis de grand diamètre à forte inertie générant un flux de récolte régulier. Par la suite, le détecteur de métaux, voire de pierres, participe à augmenter la durée de vie des couteaux, à maintenir la qualité de coupe et donc à limiter la consommation. Un affûtage automatique entre deux parcelles permet également de maintenir le fil des couteaux. Sur le rotor hacheur, les constructeurs continuent à peaufiner la cinématique. Parmi les dernières générations d’ensi- leuses, la tendance est à l’augmentation du diamètre de rotor (Krone, New Holland et Fendt), afin d’offrir plus d’inertie et de gommer les variations de régimes et donc les pics de consommation. New Holland a redessiné le fond de rotor pour éviter les recyclages devant la soufflerie, synonymes de consommation de carburant. Chez Krone, le système Varistream escamote le fond de rotor, mais aussi le fond de la soufflerie, lorsqu’un gros paquet passe, afin d’éviter les pertes de régime de rotor. De plus, quand on recule le contre-couteau, le fond du rotor remonte de façon à conserver l’espace entre les couteaux et le fond du rotor, quelle que soit l’usure des couteaux. De ce fait, les mêmes performances d’éjection du rotor, qui participe à 70 % du flux d’air total, sont préservées.

Démonter les éclateurs économise des chevaux

Ôter et découpler les rouleaux éclateurs de la cinématique, que se soit manuelle- ment (Claas, John Deere ou Krone) ou par un mécanisme (New Holland, Fendt), permet d’économiser de la puissance, donc du carburant. Le système Variflow de New Holland abaisse en plus la souf- flerie pour éliminer les décélérations de récolte, économisant au total 40 ch selon le constructeur.

De son côté, Claas a fait le pari d’un canal de récolte étroit, limitant le resserrement entre le rotor et la goulotte. « Car toutes les goulottes ont sensiblement le même diamètre au final, explique François-Régis Mathieu. Moins de resserrement signifie moins de pertes de charge et d’énergie. » Enfin, au travers de la conception même de la machine, de son équilibre, les constructeurs cherchent à éviter au maximum les poids morts. Par exemple, la nouvelle génération de Jaguar dispose ainsi d’un essieu avant en « banane », afin de reculer le rotor et d’éviter d’avoir à lester l’arrière de la machine. Autre atout pour l’ensilage d’herbe, le télégonflage. En augmentant l’adhérence, il permet également de réduire le patinage et donc la consommation à l’hectare, tout en respectant le tapis végétal.

 

Retrouvez notre reportage chez un entrepreneur de Loire-Atlantique dans le n°269 de Réussir Lait et n°203 de Réussir bovins viande de mai 2013

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Lait se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Utilisez-vous du propylène glycol ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui