Réussir lait 21 novembre 2007 à 17h05 | Par Emeline Bignon et Annick Conté

Energie d´origine agricole - Les biocarburants de deuxième génération sont attendus d´ici dix à quinze ans

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Les biocarburants de deuxième génération ont trois origines possibles. Ils peuvent provenir de résidus agricoles et industriels (pailles de céréales, tiges de maïs, colza ou tournesol, cagettes.), des ressources forestières (résidus de bois, souches.) et des cultures spécifiquement dédiées à cette production. Parmi ces cultures, on entend beaucoup parler de plantes pérennes comme le miscanthus (10 à 30 t MS/ha/an) ou le switchgrass (10 à 20 t MS/ha/an), qui se distinguent par une production de biomasse ligno-cellulosique à l´hectare élevée, avec peu d´intrants. L´utilisation de cultures plus classiques telles que le triticale, la luzerne ou le sorgho pourrait aussi se révéler intéressante.
Selon le type de produits utilisés (résidus agricoles ou cultures dédiées), le procédé de transformation apparaît différent. Il en existe deux : la voie thermochimique (gazéification à haute température) et la voie biochimique (hydrolyse enzymatique).

Des avantages environnementaux
Par rapport à la première génération, les biocarburants de deuxième génération présentent trois avantages. Tout d´abord, leur productivité à l´hectare se révèle nettement supérieure. Pour une même quantité de biocarburants, ils nécessitent six fois moins de surfaces. « Alors qu´un hectare de colza permet de produire 1,2 tep (tonne équivalent pétrole), un hectare de miscanthus produirait jusqu´à 7 tep », estime l´Inra. Ensuite, leur efficacité en termes de réduction des gaz à effet de serre apparaît nettement supérieure. « L´éthanol produit à partir de la ligno-cellulose pourrait permettre une réduction des émissions de gaz à effet de serre dans une fourchette de 75 à 89 %, et le biodiesel de seconde génération une diminution de 96 %. »
Enfin, ces nouveaux biocarburants sont issus de productions agricoles plus diverses pouvant être cultivées dans des conditions pédoclimatiques variées, et à partir de cultures économes en eau. D´après l´Inra, « ils se révèlent ainsi plus intéressants sur le plan de l´environnement et de l´occupation du territoire ».
Actuellement au stade de l´expérimentation, ces biocarburants de nouvelle génération bénéficient d´un effort de recherche important, notamment pour abaisser les coûts de fabrication à l´échelle industrielle.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Lait se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Avez-vous investi dans un taxi lait ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui