Réussir lait 17 novembre 2003 à 18h00 | Par Emeline Bignon

Elevage laitier - A l´EARL Manac´h, le miroir ne laisse pas les vaches de glace

L´EARL Manac´h, dans les Côtes-d´Armor, remporte le second prix de l´éleveur futé - concours co-organisé par Réussir Lait Elevage et France Contrôle Laitier - grâce à une astuce très originale.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

« Miroir ô miroir, dis-moi qui est la plus belle ? » C´est peut-être ce que se demande Pervenche en s´émerveillant devant son propre reflet... Plus sûrement, elle croit distinguer une de ses congénères à travers la glace et s´approche sans crainte, guidée par son instinct grégaire. C´est bien connu, les vaches n´aiment pas se retrouver isolées du reste du troupeau. Pourtant, en période de pâturage, il n´est pas rare qu´une vache reste seule dans une case en attendant l´inséminateur. De même, certains parcs de contention, non attenants à la stabulation, ne permettent pas toujours une vue sur les autres vaches.

Confronté à ce problème dans son bâtiment, Joël a eu une idée foncièrement géniale. « Au bout du couloir de contention, j´ai installé un miroir sur le mur face au cornadis autobloquant. » Attiré à coup sûr par son reflet, l´animal ne rechigne plus à avancer.
« Il suffisait d´y penser !, poursuit Joël avec un sourire malicieux. Avant, il nous était toujours difficile de parquer une vache ou une génisse dans le couloir de contention, se souvient l´éleveur. D´autant que les bêtes n´ont pas l´habitude du cornadis vu que la table d´alimentation est dotée de barres droites ».
La solution trouvée est radicale. « Du jour au lendemain, les bêtes ont changé de comportement, s´approchant du cornadis spontanément, pour renifler et même lécher la glace. »
©E. Bignon


Moins de stress pour l´animal et pour l´éleveur
Quatre lambris en bois, d´environ 10 cm de large, cloués sur une planche de contreplaqué, encadrent le miroir, récupéré dans une brocante. Fixé au mur par quatre boulons, le dispositif adhère parfaitement aux parpaings et ne présente aucun risque pour l´animal. Pour une meilleure tenue, Joël a même renforcé les quatres coins du cadre par de courts lambris au niveau des angles.
Depuis la mise en place du miroir il y a un an, les interventions s´effectuent plus aisément et sans stress. « Le premier jour, l´inséminateur s´est pourtant fait une belle frayeur, indique Joël en se remémorant cette anecdote. Il n´a pas repéré le miroir tout de suite et s´est fait surprendre par son propre reflet dans la glace ! »
Un autre aménagement pratique dans la case de contention facilite les interventions. Contre le mur de gauche, Joël a en effet installé deux pneus suspendus à une poutre. « De cette manière, la vache ne se colle plus au mur, et les intervenants gauchers parviennent à se déporter légèrement sur le côté pour mieux manipuler l´animal. »

Une exploitation fonctionnelle qui soigne son image
Les cinquante Pie Rouge des Plaines tournent à 7500 kg de moyenne. Amoureux de cette race, Joël apprécie particulièrement la rusticité de ses animaux. « D´habitude, les laitières sont au pâturage en plat unique cinq mois durant. Elles reçoivent le concentré de production en salle de traite, avance l´éleveur. Cette année, elles sont rentrées en bâtiment dès la mi-août, car l´herbe commençait à manquer. Nous avons donc réouvert le silo de maïs un mois plus tôt. »
Le nouveau bâtiment, très lumineux, présente cinquante-huit logettes pour les laitières. La mise aux normes, intervenue en 1999, a nécessité la construction d´une fosse de 500 m3, ainsi que la couverture de la fumière et du couloir d´alimentation des génisses. Tous les ans, les éleveurs réalisent un nettoyage au kärcher de la stabulation des laitières, suivi d´un vide sanitaire. Construit en clairvoie, ce bâtiment se fond parfaitement dans le paysage.

Le corps de ferme, particulièrement soigné, dispose de plateformes entièrement bétonnées pour faciliter l´accès. « Je préfère investir dans le cadre de vie en plantant des haies et en aménageant les abords des bâtiments, plutôt que d´acheter un tracteur très sophistiqué », confie l´exploitant, qui a toujours cherché à intégrer l´exploitation dans un cadre paysager. Pari réussi pour cet élevage, à la fois très fonctionnel et très agréable. A l´entrée de l´exploitation, un panneau de bienvenue accueille les visiteurs, de nombreuses haies entourent les bâtiments, et une grande peinture sur le mur extérieur de la laiterie agrémente la cour de ferme...
D´ailleurs, l´élevage n´en est pas à sa première récompense, puisqu´il a déjà remporté en 2001 le concours départemental « Fermes et paysages », organisé par la Chambre d´agriculture.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Lait se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Machinisme agricole

Question du mois

Votre OP ou votre laiterie vous incite à produire moins. Le faites-vous ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui