Réussir lait 17 décembre 2015 à 08h00 | Par Franck Mechekour

Écophyto 2 entend freiner les ventes de produits phytos

La nouvelle version du plan réaffirme l'objectif de réduction de 50 % du recours aux produits phytosanitaires d'ici 2025 avec une mesure phare et contestée sur la baisse des ventes de produits.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le projet de plan Ecophyto 2 est téléchargeable à l'adresse suivante : http://agriculture.gouv.fr/file/20150606-projet-de-plan-ecophyto-iicle0987b1pdf
Le projet de plan Ecophyto 2 est téléchargeable à l'adresse suivante : http://agriculture.gouv.fr/file/20150606-projet-de-plan-ecophyto-iicle0987b1pdf - © developpement-durable.gouv.fr

Réduire de moitié l'usage des produits phytosanitaires en dix ans est l'objectif réitéré par Stéphane Le Foll lors de sa présentation de la deuxième version du plan Écophyto le 4 novembre dernier. Rappelons que ce plan est la traduction française d'une directive européenne (2009/128) qui impose aux États membres de fixer des objectifs chiffrés de réduction des risques et impacts liés aux produits phytosanitaires et de déterminer les moyens appropriés pour y parvenir.

Le calendrier prévisionnel, présenté le 4 novembre 2015 prévoit une première étape de réduction de 25 % d'ici 2020 via la généralisation et optimisation des techniques actuellement disponibles. Puis 25 % supplémentaires à l'horizon 2025 via « des mutations plus profondes ». Parmi les développements à venir figure la mise en place à partir du 1er juillet 2016 d'un dispositif expérimental de Certificats d’économie de produits phytos (CEPP). Ce dernier vise à réduire de 20 % les ventes de produits en cinq ans. Concrètement, cela oblige les distributeurs à mener des actions qui se traduiront par des économies de produits pour obtenir leurs certificats. Et « si au bout de cinq ans, il n’y a pas de résultats, il y aura des sanctions », a expliqué le ministre de l'Agriculture. Les modalités du dispositif seront arbitrées d’ici à la fin de l’année.

Développer des alternatives aux produits phytosanitaires

Reste que ce volet du plan est loin de faire l'unanimité. Pour Coop de France par exemple, « le dispositif d’expérimentation des CEPP, annoncé sans concertation préalable avec les principaux intéressés que sont les distributeurs, est d’une invraisemblable complexité technocratique. Sa mise en œuvre sera coûteuse… ». Son impact sur la compétitivité de l'agriculture française est souvent pointé du doigt. Le plan prévoit par ailleurs d'élargir le réseau Déphy à 3000 fermes de références contre environ 1900 actuellement, ce qui devrait permettre d'accompagner 30 000 exploitations dans la transition vers des systèmes économes en produits. Le développement d'alternatives aux produits phytos (biocontrôle, outil d'aide à la décision, agroéquipements...) fait également partie des priorités. Les moyens alloués à la recherche et à l’innovation dans ce domaine seront renforcés. L'indicateur d'intensité du recours aux phytos reste encore à définir (Nodu ou un nouvel indicateur...). Par ailleurs, le financement du plan augmente et passe de 41 à environ 71 millions d’euros annuels à compter de 2016.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Lait se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Avez-vous demandé l'aide à la réduction des livraisons ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui