Réussir lait 11 février 2014 à 08h00 | Par Costie Pruilh

Des technologies de petite méthanisation à l’étude

Avec moins de 75 kWe de puissance installée, la petite méthanisation suscite l’intérêt en France. Mais l’offre en est encore aux balbutiements.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Min.Agri.Fr

En France, les quelques entreprises qui proposent des technologies de petite méthanisation à la ferme (moins de 75 kWe de puissance installée) en sont à leurs débuts. Des prototypes existent, une offre émerge, mais très peu d’unités sont sorties de terre. Avec si peu de recul, comment se faire une idée de la performance technique et économique de ces technologies ? C’est tout l’enjeu de l’étude conduite par l’Ademe sur sept technologies de petite méthanisation. Les mises en service des sites étudiés étaient prévues sur l’année 2013. Le suivi est effectué durant douze mois de fonctionnement.

- © Infographie Réussir

Les premiers résultats seront délivrés pour l’été 2014


Les premiers résultats sont donc attendus à partir de l’été 2014. Tant que les résultats de l’étude de l’Ademe ne sont pas sortis, les projets utilisant les technologies étudiées rencontrent des difficultés pour bénéficier de subventions.
Il manque à l’appel Bio4gas, de Bert, et la technologie développée par Agréole développement.
« L’intérêt de cette étude est qu’elle concerne différents types de procédés, pour des systèmes lisier ou fumier, ou les deux ensemble », souligne Jérémie Priarollo, de Solagro. « Se lancer dans la méthanisation reste risqué, même dans la petite méthanisation. Le coût ramené au kWe reste encore trop élevé aujourd’hui. La recherche et développement s’attachent à développer des process simples et robustes, qui pourront être standardisés, pour faire baisser le coût d’investissement et de fonctionnement. L’aspect temps de travail (portage du projet, suivi de l’installation, maintenance) ne doit pas être négligé. Si j’étais porteur de projet, avant de m’engager sur un petit projet individuel, je prendrais le temps de bien comparer cette approche avec une démarche en petit collectif : se regrouper avec des voisins pour partager le financement, le risque, le temps de travail peut s’avérer judicieux ; même si les projets collectifs ont l’inconvénient d’être plus longs à conduire. »

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Lait se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Utilisez-vous un pédiluve ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui