Réussir lait 04 juillet 2017 à 08h00 | Par Véronique Bargain

Des plateformes numériques qui facilitent la vente directe

En quelques mois, plusieurs places de marché numériques ont été créées en France dans le domaine de l’alimentaire. Des plateformes qui pourraient faciliter la vente directe des fromages et des produits laitiers.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Gourming permet aux producteurs et PME françaises de vendre à l'export à des restaurateurs et distributeurs.
Gourming permet aux producteurs et PME françaises de vendre à l'export à des restaurateurs et distributeurs. - © Gourming

En moins de dix ans, le numérique a pris une place importante dans la commercialisation des produits de grande consommation. Les drives représentent aujourd’hui 6 % de l’offre alimentaire en France. Et les places de marché numériques dédiées à l’alimentaire se multiplient. Les leaders mondiaux de l’e-commerce, le Chinois Alibaba et l’Américain Amazon arrivent dans l’alimentaire, avec des modèles un peu différents, Amazon s’occupant des ventes et de la livraison, Alibaba mettant seulement en contact fournisseurs et clients.
De nouvelles plateformes de vente en ligne se développent aujourd’hui au niveau français. Chronofresh, service de livraison en frais de Chronopost, et son partenaire Webedia, ont créé en décembre 2016 la place de marché Pourdebon, qui permet aux PME et producteurs de vendre leurs produits en direct aux consommateurs. Les producteurs présents sur la plateforme sont sélectionnés sur la base de signes officiels de qualité (AOP, AB, label rouge…) et de pratiques de production raisonnée et artisanale. Chronofresh s’occupe de la livraison partout en France le lendemain avant 13 h ou sur rendez-vous et prévoit à l’avenir de pouvoir livrer ailleurs en Europe. La plateforme développe aussi des contenus médias pour ses producteurs (photos, vidéos, témoignages). Fin 2016, Pourdebon proposait 2 500 produits issus d’une quarantaine de producteurs répartis sur tout le territoire. La plateforme prévoyait d’atteindre 10 000 produits issus d’une centaine de producteurs en février 2017.

Exporter sans difficulté

Le 18 janvier, le groupe Le Duff (Brioche Dorée…) a lancé la place de marché digitale Gourming, qui permet aux producteurs et PME françaises de vendre leurs produits en direct à l’export aux restaurateurs et distributeurs mettant en avant la gastronomie française. Le producteur s’occupe d’expédier ses produits jusqu’à une plateforme logistique située en région parisienne. Gourming s’occupe du transport à partir de cette plateforme, des formalités administratives liées à l’exportation, du paiement, de la prospection commerciale, du suivi des commandes, des demandes d’informations et des réclamations. Le droit d’entrée est de 100 euros par produit référencé avec ensuite 25 % de commission sur les ventes. Gourming proposait à son lancement 5 000 produits provenant de 250 producteurs de toute la France et prévoyait d’en proposer 10 000 issus de 500 producteurs courant 2017. L’exportation est possible dans 25 pays européens et l’objectif en 2018 est de pouvoir exporter aussi en Amérique du Nord et en Asie.
D’autres initiatives de places de marché numériques se développent à une échelle nationale ou régionale. Pour les producteurs fermiers, ces places de marché sont une opportunité d’élargir leur rayon de vente directe, sans avoir ou très peu à s’occuper de la logistique, sans devoir prospecter, créer leur site de vente en ligne…

Zgoat, une plateforme régionale

Depuis octobre 2016, la start-up Zgoat propose la commande sur internet et la livraison à domicile de produits issus de fermes des Pays de la Loire. Créée par Reynald Naulleau, vendéen, et Nicholas Hoddevik, norvégien, tous deux fils d’agriculteur, Zgoat fonctionne depuis deux ans en Norvège. En Pays de la Loire, l’initiative regroupe déjà 300 producteurs pour 3 000 produits, bio et non bio. Les clients passent commande sur le site jusqu’au dimanche minuit. Zgoat envoie les commandes aux producteurs le lundi matin, ramasse les produits le mardi et prépare les paniers le mercredi dans son entrepôt frigorifique de Derval (44). Et livre le mercredi à domicile ou sur des sites de regroupement. C’est le producteur qui fixe son prix, Zgoat prenant une commission de 20 à 30 %. Plus de 260 clients par semaine passent désormais commande sur Zgoat. Dès mars 2017, la start-up voudrait étendre son activité à la Bretagne.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Lait se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Etes-vous prêt à installer des logettes creuses pour les vaches ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui