Réussir lait 16 octobre 2006 à 11h25 | Par Annick Conté

Conduite des exploitations - Charte des bonnes pratiques d´élevage et agriculture raisonnée, même combat !

Inciter les 125 000 éleveurs adhérents de la charte des bonnes pratiques d´élevage à franchir le pas de l´agriculture raisonnée, tel est l´objectif du manifeste signé au Space.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Six ans après les débuts de la charte des bonnes pratiques d´élevage, 125 000 éleveurs de bovins ont signé leur adhésion à cette démarche professionnelle volontaire ; un peu plus de la moitié sont des éleveurs laitiers. Mais, deux ans après la publication de la loi, ils sont tout juste 1600 agriculteurs, dont 200 éleveurs de bovins, à être qualifiés agriculture raisonnée. Pourtant les deux démarches partagent les mêmes objectifs : permettre aux agriculteurs d´améliorer leurs pratiques et de progresser au niveau de l´exploitation. La première se cantonne à l´atelier bovin, la seconde s´intéresse à l´exploitation dans sa globalité : les efforts portent sur tous les ateliers, l´environnement et les conditions de travail. « La suite logique d´un éleveur bien dans sa charte, c´est la qualification, ont affirmé les présidents de la charte des bonnes pratiques d´élevage, Bernard Malabirade et Régis Chevalier, ainsi que le président de Farre, Bernard Guidez, au moment de la signature d´un manifeste au Space. Nous avons donc décidé de coordonner nos efforts. »
L´un des obstacles au développement de l´agriculture raisonnée est sans aucun doute l´absence de plus-value sur les produits issus des exploitations qualifiées, alors que celles-ci sont soumises à un contrôle externe (800 à 1000 euros sur 5 ans), et que le respect des 98 points du référentiel nécessite quelques investissements. Pour la charte, les contrôles sont réalisés en interne par les techniciens d´élevage qualifiés. Autre différence importante : l´agriculture raisonnée est liée à une obligation de moyens, alors que la charte est simplement liée à une obligation de résultats.
Une garantie de marché pour demain
Mais pour Bernard Guidez, cela ne doit pas être un frein. « La qualification permet de progresser au niveau de la gestion fine de l´exploitation. Et je suis très fier de montrer la qualité de mes produits. » Un sentiment partagé par Bruno Martel, éleveur laitier qualifié. « Nous avons toujours considéré que valider la qualité/sécurité/ environnement et communiquer dessus était un enjeu majeur. Demain, cela deviendra contractuel. Grâce à l´agriculture raisonnée, nous allons très facilement intégrer tout ce qui est en train de devenir obligatoire. »

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Lait se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Avez-vous investi dans un taxi lait ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui