Réussir lait 02 juillet 2015 à 08h00 | Par V. Bargain

Bien régler son équipement de brumisation-ventilation

Pour pallier le stress thermique, de plus en plus d’éleveurs s’équipent d’un système de brumisation avec brassage d’air, un système utile tant pour les vaches en lactation que pour les vaches taries.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
1 - Bien concevoir son installation 2 - Démarrer la ventilation à 16 °C 3 - Démarrer la brumisation à 21 °C 4 - Veiller à la qualité de l’eau

1 - Bien concevoir son installation. La brumisation est toujours associée à du brassage d’air qui permet d’homogénéiser l’ambiance dans la stabulation. L’important est de choisir un système haute pression. Celui-ci produit des gouttelettes de 10 μm qui s’évaporent instantanément à 25 °C en consommant les calories de l’air. Un système basse pression produit des gouttelettes de 60 μm qui mettent 5 secondes à s’évaporer à 25 °C, ce qui leur laisse le temps de tomber sur les animaux ou la litière. La puissance du groupe haute pression est à choisir selon le nombre d’animaux à brumiser. L’idéal est de le placer dans un local technique hors gel. Les ventilateurs doivent être posés à 1,70 m au-dessus du dos des vaches, la rampe de brumisation étant installée 70 cm au-dessus des ventilateurs.

2 - Démarrer la ventilation à 16 °C. Les réglages de la ventilation et de la brumisation se font lors de l’installation du système. C’est ensuite un automate qui gère leur fonctionnement. Les conditions optimales pour des bovins sont une température de 20-21 °C et une hygrométrie de 50-60 %. La ventilation est gérée par des sondes de température (3 par bâtiment). D’avril à octobre, les ventilateurs se mettent en marche à 16 °C, avec une plage de ventilation de 10-14 °C. À 26 °C, ils tournent au maximum. De novembre à mars, la ventilation doit démarrer à 8 °C-12 °C, avec une plage de ventilation de 14 °C.

3 - Démarrer la brumisation à 21 °C. La brumisation est gérée à partir de sondes de température et de sondes d’hygrométrie. Elle doit se mettre en marche à partir de 21 °C-22 °C. Elle fonctionne toujours par cycle temps de marche-temps d’arrêt. Le temps de marche (5 à 10 secondes) et le temps d’arrêt (10 à 60 secondes) sont réglés selon l’hygrométrie. Plus celle-ci est élevée, plus le temps d’arrêt sera long. La baisse de température est fortement corrélée avec l’hygrométrie. Elle peut varier de 2 °C à 14 °C. À 28 °C, avec 65 % d’humidité, le potentiel de baisse est de 5 °C avec un fi le brise-vent ou des volets fermés.

4 - Veiller à la qualité de l’eau. La qualité de l’eau est essentielle pour ne pas boucher les buses. Une analyse préalable est nécessaire pour notamment connaître les teneurs en calcaire, manganèse ou fer qui pourraient entraîner un colmatage. Si besoin, le traitement de l’eau est alors indispensable. Du fait de la pression dans les buses, la poussière ne pose par contre pas de problème. Par la suite, l’entretien consiste surtout à vidanger le groupe haute pression, au bout de 30 heures la première fois puis toutes les 150 heures.

Retrouvez cet article dans le numéro de juillet-août de Réussir Lait, page 68.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Lait se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Avez-vous demandé l'aide à la réduction des livraisons ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui