Réussir lait 06 mai 2017 à 08h00 | Par J. M. Nicol

Baisse de lait du troupeau

Abonnez-vous Réagir Imprimer
LE FUSARIUM a profité d’infiltrations et
de la condensation pour se développer.
LE FUSARIUM a profité d’infiltrations et de la condensation pour se développer. - © J.-M. Nicol

« Ration d’hiver pour ce troupeau dont la production de lait vient de baisser en moyenne de quatre litres en quelques jours. Toutes les vaches ou quelques unes seulement ? Probablement toutes, sans quoi Marc aurait repéré les quelques vaches sans lait !

Et quoi d’autre ? Elles ont des bouses fluides et plus sombres qu’à l’habitude… Marc évoque la grippe. Pour qu’il manque autant de lait avec la grippe, il faudrait une forte diarrhée ! Non.

Une acidose peut-être ? Avec un maïs ensilage 2016 plus riche en grains que le cru 2015, c’est possible. Et puis, le maïs 2016 a été adossé au maïs 2015 dans le même silo avec, pourquoi pas, reprise fermentaire, baisse de valeur et moindre appétence ? À cette évocation, Marc réagit car il désile aujourd’hui un quart de moins de fourrages qu’il y a huit jours tellement il y a de refus. Les vaches n’ont plus d’appétit, ce qui resserre l’étau autour de la ration mais qui ferait beaucoup pour de l’acidose !

DU FUSARIUM DANS L’ORGE

Du côté des silos, il n’y a rien à dire car le tassement est remarquable et la jonction entre la zone 2016 et la zone 2015 du silo de maïs est repérable mais avec un ensilage très aromatique sans aucun goût de vinaigre et sans altération. Sa conservation est excellente, tout comme celle de l’herbe ensilée. Rien à dire de ce côté.

Que reste-t-il ? L’eau de boisson ? Celle du forage… Le correcteur azoté ? Il n’a pas changé et la dernière livraison remonte à plus d’un mois… Reste l’orge de la ferme, stockée en boisseaux dont la goulotte tombe dans le broyeur pour la réduire en farine avant de rejoindre la mélangeuse. C’est vrai me dit Marc que la farine est chaude depuis quelques jours et que je suis tombé sur des mottes moisies. Tiens donc… Le fusarium a profité d’infiltrations et de la condensation pour se développer et tous les jours les vaches consomment des trichothécènes.

Forte baisse d’appétit, bouses fluides et plus sombres, tout y est ! Le boisseau a été vidé, nettoyé, quelques pelles d’orge altérée jetées et trois jours plus tard les vaches remontaient la pente. »

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Lait se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Avez-vous installé des tapis sur les aires d'exercice et aire d'attente ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui