Réussir lait 11 mars 2016 à 08h00 | Par V. Quartier

Aux Pays-Bas, Anca permet de gérer l'exploitation dans le cadre de la directive nitrates

L'outil Anca est obligatoire depuis le 1er janvier. Il pourrait permettre aux éleveurs néerlandais de maintenir voire d’augmenter leur niveau de production laitière dans les années à venir.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
SI LES PRODUCTEURS NÉERLANDAIS veulent maintenir, voire augmenter leur
production, il vont devoir agir sur l’alimentation des animaux et les
rendements fourragers pour diminuer les excrétions d’azote et de phosphore.
SI LES PRODUCTEURS NÉERLANDAIS veulent maintenir, voire augmenter leur production, il vont devoir agir sur l’alimentation des animaux et les rendements fourragers pour diminuer les excrétions d’azote et de phosphore. - © J.-M. Guernion

La contrainte environnementale est un frein à la croissance de la production laitière aux Pays-Bas.

72 % des exploitations laitières néerlandaises ont des surplus d’azote ou de phosphore. Les éleveurs doivent débourser environ 10-15 euros/ m3 pour exporter leur lisier. Avec le durcissement de l’application de la directive nitrates, la filière laitière cherche des solutions.

« Jusqu’ici, la Commission européenne était plutôt tolérante vis-à-vis de notre système qui prenait une moyenne nationale pour les résultats qualité de l’eau. Ces derniers temps, elle a mis l’accent sur les exceptions… », explique Frans Aarts, chercheur à l’université de Wageningen.

Si le pays veut maintenir son niveau de production actuel, il doit trouver des solutions. Sinon, une réduction du cheptel sera obligatoire.

Les chercheurs ont donc mis au point Anca (Annual nutrient cycling assessment), un outil de calcul à l’échelle de chaque exploitation des excrétions et des quantités de phosphore et d’azote épandables. Cet outil permettrait de résoudre une partie du problème pour certains éleveurs, mais pas tous.

Un éleveur qui n’utilise pas Anca ne sera plus collecté

Le 5e programme d’actions nitrates des Pays-Bas fixe les normes d’excrétion par les animaux et les plafonds d’épandage d’azote et de phosphore (voir encadré p.16). Depuis ce 1er janvier, les éleveurs laitiers sont obligés d’utiliser l’outil Anca. Un éleveur qui ne l’utilise pas ne sera plus collecté. Cette solution permet déjà, sous condition, aux éleveurs néerlandais de déroger aux standards d’excrétion des animaux, et dans un futur proche, aux plafonds d’épandage d’azote et de phosphore.

Anca analyse la situation réelle de chaque exploitation en calculant les cycles des nutriments sur l’exploitation. Sont calculés par l’outil : la production de lisier et fumier avec leur teneur en azote et phosphore ; l’efficacité de la ration ; les émissions d’ammoniac ; les exportations par les cultures et les prairies ; l’efficacité de la fertilisation ; les surplus dans les sols ; les nitrates dans les eaux souterraines ; les émissions de GES ; et les surplus d’azote et de phosphore à l’échelle de l’exploitation. Les impacts en amont et en aval de l’exploitation ne sont pas pris en compte. De plus, certains calculs sont des estimations, telle que la quantité d’herbe pâturée par exemple.

Le système a bien sûr quelques limites. Tous ces chiffres sont croisés pour calculer les cycles de l’azote et du phosphore sur l’exploitation. Anca fournit un bilan annuel des flux de nutriments sur l’exploitation « Cela me prend maximum une heure par an de remplir les données complémentaires », affirme Frank Post, un éleveur pilote qui teste l’outil depuis 2003 sur son exploitation. En effet, 95 % des données utilisées par Anca sont collectées auprès des laiteries, des organismes de contrôle laitier, des fabricants d’aliment, des laboratoires d’analyse. « L’objectif est de limiter les données fournies par les éleveurs eux-mêmes, afin d’éviter les fraudes et de limiter la charge administrative », explique Frans Aarts. Des analyses d’eau, du sol et des aliments obligatoires permettent de vérifier les calculs et les données saisies ...

LIRE LA SUITE dans le n°300 de Réussir Lait, pages 14 à 16.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Lait se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Utilisez-vous un pédiluve ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui