Réussir lait 07 février 2005 à 13h58 | Par Annick Conté

Aides directes et paiement unique - Des écarts importants entre exploitations laitières européennes

Résultats de simulations économiques réalisées par l´Inra de Nantes
à partir du réseau d´information comptable agricole des quinze Etats membres à l´horizon 2008.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

De 4800 euros dans le Nord de l´Espagne à 63 400 euros dans l´Est du Royaume-Uni ! A l´horizon 2008, le montant moyen d´aides directes par exploitation laitière varie fortement d´un bassin de production à l´autre. Pour des raisons diverses. Il s´élève ainsi à 22 500 euros en France-Ouest (grâce aux primes maïs), à 18 800 euros aux Pays-Bas (grâce au paiement direct quota laitier), à 18 300 euros en Bavière (grâce aux aides directes issues du développement rural et des collectivités territoriales).
Les exploitations laitières spécialisées et en « système herbager » pourraient être à long terme pénalisées par un montant de paiement unique faible. ©A. Conté

Des écarts allant de 140 à 990 ?/ha
Avec un quota laitier modeste, les exploitations laitières du Massif Central perçoivent un montant d´aides directes (très légèrement) supérieur à celui des unités néerlandaises. Tandis que celles de la France-Centre recevront en moyenne 40 000 euros. La moyenne de l´Union européenne à 15 se situe à 22 000 euros(1). C´est ce qui ressort d´une analyse des données du Réseau d´information comptable agricole (Rica) des quinze Etats membres réalisée par l´Inra de Nantes(2).
Là où la grande majorité des 27 bassins de production européens définis par l´Inra se rejoignent, c´est sur le taux de dépendance par rapport aux aides directes : il représentera très souvent plus de 100 % du résultat courant.
Le montant du paiement unique découplé à l´hectare différera lui aussi de façon importante entre bassins de production. Mais il différera également au sein de chacun d´eux, en fonction principalement du niveau d´intensification et du système fourrager. Ainsi que du niveau de diversification : les exploitations diversifiées seront bien dotées. Par exemple en France-Ouest, le paiement unique s´élève à 150 ?/ha en système « herbager » et 425 ?/ha en système « maïs supérieur à 30 % ». En Italie du Nord, le montant se situe à 250 ?/ha en système « herbager » contre 990 ?/ha en système « maïs supérieur à 30 % ». En Allemagne-Bavière, on passe de 240 à 530 ?/ha, et en Espagne du Nord de 375 à 535 ?/ha. Attention, pour faciliter les comparaisons, cette simulation a été réalisée avec l´hypothèse d´un découplage total pour les grandes cultures et la viande dans tous les Etats membres (ce qui ne sera pas le cas). Et avec l´hypothèse que chaque exploitation conservera sa référence historique (ce qui ne sera pas le cas non plus).
(1) Hors modulation. Elle concernera 78 % des exploitations laitières européennes en 2008.
(2) V. Chatellier et V. Jacquerie.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Lait se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Question du mois

Fermez-vous votre silo avec un robot de traite ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui